Charles Le Borgne

La perte du Marie Louise le 17 Mars 1917

La perte du MARIE LOUISE

Rapport du capitaine

Quitté Swansea le 13 Mars 1917 à 04h00 du matin pour  Fécamp avec une cargaison de charbon.
 
Le 17 Mars à 06h15, le navire se trouve par 50°08 N  01°59 W cap au S57E vitesse 6 nds. Beau temps. Mer belle. Vent SSW. Temps bouché ;
 
Aperçu sous-marin dans notre sillage à ½ mille, faisant route sur nous à 12 nds. Il tire un coup de canon d’avertissement, à obus. L’obus passe au dessus du mât de misaine. Fait route pendant encore dix minutes, puis mis en panne et disposé les trois embarcations. Le sous-marin s’approche en plongée et émerge lorsqu’il est à 50 m.
 
L’équipage fait preuve de sang-froid et de fierté patriotique en hissant le pavillon national. Puis il prend place dans les trois embarcations pourvues en ravitaillement réglementaire.
Les embarcations feront route au S 30 E. Vents et courants nous feront atterrir à Barfleur.
 
Sitôt le sous-marin émergé, le capot du kiosque s’ouvre et le commandant fait signe, d’un geste autoritaire de la main droite, au capitaine de MARIE LOUISE, d’approcher. Sitôt accosté, un gradé et un marin montent dans l’embarcation munis d’un sac contenant trois bombes.  
Le gradé demande en anglais « Papers » ! Je lui remets le rôle d’équipage. Il demande alors «Charte-partie » ! Je lui réponds que je n’ai pas de charte partie. La conversation s’est bornée à ces deux mots et je pense qu’il ne parlait pas anglais. Sitôt monté surMARIE LOUISE, le matelot amène le pavillon qu’il piétine d’un geste méprisant. Les bombes sont placées dans le poste équipage, la cale et la chambre du capitaine et amorcées. Les deux hommes regagnent le sous-marin. Le navire coule à 07h20.



31/12/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 71 autres membres