Charles Le Borgne

La Compagnie Charles Le Borgne face à la règlementation de la desserte maritime de la Corse

 

La Compagnie Charles Le Borgne face à la règlementation de la desserte maritime de la Corse et aux problèmes liés à l'ouverture à la concurrence

 

     Au début des années soixante la réorientation des services, porte ses fruits : il faut alors améliorer la rentabilité de la Société d’Economie Mixte en fournissant une flotte adaptée à la demande, c’est-à-dire, qui permette à l’usager d’éviter les ruptures de charge.


    Le premier navire roulier, financé par le concessionnaire du navire passagers est mis en ligne.


    Le succès de la formule est immédiat ; trois autres bâtiments de même type sont commandés.


    En 1963, trois ans après la mise  en service du « Napoléon », premier car-ferry des lignes de la Corse, une compagnie, la Compagnie Charles le Borgne, tente de se placer sur la Corse.
    

   Cette initiative représente une menace pour la Conférence maritime Continent-Corse qui craint que l’exemple ne soit suivi.


    Aussi, un Décret du Conseil d’État du 1er octobre 1963  donne le nom des armements autorisés à effectuer la desserte entre les ports de la France continentale et la Corse.


     Ces compagnies, la CGT, la Compagnie Méridionale de Navigation (CMN), la SOMECA (Société Méditerranéenne de Cabotage), la Société Marseille-Fret, se regroupent au sein de la moderne « Conférence maritime Continent-Corse ».


     « Aucun autre armement ne pourra desservir les lignes visées ci-dessus ».



05/02/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 71 autres membres