Charles Le Borgne

La Compagnie Charles Le Borgne après 1980

Armement sans navires

 

      Après l’échec en 1963 de la tentative de retour sur la Corse, après une première relation exploitée entre les années de 1934 à 1939, la Compagnie n’avait pas d’autre choix que de se séparer de ses navires. La liquidation de la flotte se fera progressivement sur huit années.

 

     Dorénavant sans navires, mais ayant conservé tout son réseau d’agences (18 implantations sur tout le littoral français et dans les métropoles économiques de Lille, Strasbourg et Lyon), la Compagnie Charles Le Borgne n’en poursuit pas moins ses activités avec brio dans le domaine des services maritimes (consignation, manutention et transit), démontrant comme maintes fois dans sa longue histoire, sa capacité de rebondir quand les circonstances l’exigent.

 

     Jacques Joubert laisse les rênes de l’entreprise en 1982 à son fils, Philippe.  Celui-ci préside au manoir d’Écrainville le 20 septembre 1985 le 250e anniversaire de la Compagnie, malheureusement en l’absence de son père décédé dans sa 89e année en mai 1984. Philippe représente la huitième génération des Le Borgne, et la dernière.

 

     Le 12 novembre 1987, un communiqué annonce des changements importants : "Profitant du souhait formulé par plusieurs actionnaires extérieurs à la direction de l’entreprise, la Compagnie Charles Le Borgne, affaire purement familiale, cherchait comme beaucoup d’autres à se renforcer en vue de l’ouverture du Marché Unique de 1992. Elle s’est rapprochée de la Société de Travaux Industriels et Maritime (Groupe Compagnie Générale Maritime et Financière), avec laquelle elle entretenait de longue date des rapports amicaux et qui présentait des complémentarités évidentes. La STIM a acquis une participation significative du capital de la compagnie".

 

     En janvier 1991, l’activité d’agence de lignes régulières est détachée de la Compagnie Charles Le Borgne pour former une entité distincte dénommée « CLB Liner » appelée à vivre sa vie propre. Puis en Mars 1991, la STIM et la SAGA passent « un accord de coopération et de partenariat pour l’exploitation du fonds de commerce de la Compagnie Charles Le Borgne » qui se traduit par la prise en location gérance par la SAGA des activités de la compagnie autres que l’agence de ligne, c’est-à-dire la consignation de tramping, la manutention portuaire et le transit.

 

     Aujourd’hui sans lien avec la famille, CLB Liner conserve néanmoins les initiales et le logo de l’ancienne compagnie ; elle est notamment l’agent du « global carrier » taïwanais Yangming qui fait escale au Havre et à Fos, et l’agent à Sète et Marseille de la Compagnie marocaine de Navigation, deux consignations héritées du temps de la Compagnie Charles Le Borgne.



24/03/2015
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 71 autres membres